Imprimerie Daxhelet

Montage film

Insoleuse de plaque

Typo - Pédale

Typo 46x65

Il était une fois …

L’Imprimerie DAXHELET

 

            On ne peut  tenter de retracer une histoire, fut-elle brève, de l’imprimerie Daxhelet sans évoquer ce que fut l’aventure de l’imprimerie Fernand Delbrouck-Bolly de Ciplet, car l’un ne se conçoit pas sans l’autre.

 

            Fernand Delbrouck (Ciplet 1910-Avin 1986) est dans les années 30 un amateur passionné de langue et de littérature wallonne. Pour l’exercice de cette passion, il fait partie d’une troupe d’acteurs amateurs qui jouent des pièces de théâtre en dialecte wallon d’auteurs régionaux. Pour alimenter sa troupe en textes originaux, il compose lui-même plusieurs œuvres.

            L’apprentissage des rôles par les acteurs exige la réalisation de livrets. Il se charge de leur confection, utilisant à cette fin une machine à écrire, du papier pelure et du papier carbone. Avec ce procédé élémentaire, la netteté des dernières copies laissait à désirer. Avec l’idée d’améliorer la qualité de ses livrets théâtraux, en 1938, il rachète le matériel l’imprimerie Jamar de Burdinne  à propos duquel l’anecdote a retenu qu’il le ramena à Ciplet sur des chariots tirés par des bœufs. Il installe donc tout cet outillage dans les dépendances de son habitation.

            Avec l’aide de son épouse, sans avoir jamais réellement appris auparavant le métier d’imprimeur ni le fonctionnement d’une presse ni l’art typographique, avec tout l’enthousiasme et la persévérance que lui connaissent bien tous ceux qui l’ont connu, Fernand lance ses premiers essais imprimés  sur le marché local. Même si ces derniers n’étaient pas encore tout à fait à la hauteur de son labeur, ses amis et voisins font sa publicité et avec l’expérience acquise petit à petit, en autodidacte, les commandes affluent et l’expérience croît.

            Malheureusement, en 1939, comme tous les hommes en âge de combattre, Fernand est rappelé sous les drapeaux pour défendre son pays.
Il participe à la campagne des 18 jours mais est très vite fait prisonnier. Il passera toutes les années de guerre au Stalag 1A en Prusse Orientale.
Lors de sa libération, en 1945, il retrouve sa famille et décide de s’installer véritablement comme imprimeur.

            C’est grâce à un travail opiniâtre et tenace que les époux voient progressivement leurs efforts récompensés par des résultats encourageants.
A cette époque l’imprimerie est encore typographique, c’est-à-dire que tous les caractères lettres, chiffres et autres signes sont assemblés à la main, l’un après l’autre dans un composteur. Une fois leur utilisation terminée, il fallait les ranger dans leur casse. L’impression proprement dite se faisait sur des machines sur lesquelles chaque feuille devait être déposée manuellement.

            En 1950, avec le soutien de sa famille, Fernand investit dans une linotype, machine importante et unique alors dans la région. La linotype permet la composition en lignes de plomb et les matrices servant à la fonte des lettres sont, après fusion du plomb, redistribuées automatiquement dans le magasin d’où elles avaient été extraites. Fameux gain de temps.

            Leur fille Gilberte travaillera alors dans l’entreprise paternelle. Devant l’augmentation de l’activité et pour faire face au rendement élevé qu’il réclame, Fernand mise sur des presses automatisées qui prennent elles-mêmes le papier . La manutention s’en trouve grandement facilitée.

            En 1964, Gilberte épouse Paul Daxhelet, quartier-maître à la Marine de guerre et originaire d’Oteppe. Dès décembre 1965, Paul travaille avec son épouse dans l’entreprise de son beau-père. Le métier le passionne et il ne tardera pas à en connaître toutes les finesses.

            En 1966, l’entreprise investit dans un nouveau type d’impression : l’offset

Le 31 décembre 1970 Fernand prend sa retraite. C’est ainsi que le 1er janvier 1971 l’imprimerie Paul Daxhelet voit le jour et reste localisée à Ciplet.

En 1974, l’occasion est offerte d’acquérir une propriété voisine de la leur et en juillet de la même année,  l’imprimerie déménage pour s’installer définitivement à Avin. Pour faire face au développement de l’entreprise, en 1979 un nouveau bâtiment est construit et du personnel recruté. L’heure est maintenant à la photocomposition domaine dans lequel l’imprimerie s’engage pour répondre aux défis du marché. Elle s’équipe aussi d’une presse deux couleurs.

En 1988, après voir obtenu un diplôme de graduée en arts graphiques,  leur fille Isabelle intègre la société. Elle développe ses compétences dans la création d’une revue mensuelle « L’Aronde » et dans la reprise d’un journal publicitaire et d’annonces régionales « Le Carrefour Hannutois ».

Durant l’année 2001  l’établissement est transformé en société anonyme, Isabelle reprend le flambeau et c’est elle qui prend dorénavant en charge la continuité de l’activité.

Un nouvel agrandissement des locaux est réalisé ainsi que l’acquisition d’une presse quatre couleurs.
Du nouveau personnel spécialisé est engagé.

Depuis, des investissements se font régulièrement pour renouveler le parc machines et répondre rapidement aux désirs d’une clientèle qui se diversifie.

C’est ainsi que tous les travaux, de la conception à la finition se font dans l’entreprise avec l’aide de collaborateurs dynamiques, motivés et de grande conscience professionnelle.

 


Imprimerie P. Daxhelet S.A. - 44, rue du Mohery - 4280 HANNUT (Avin)
info@daxhelet.be - Tel : 019/69.94.16 - Fax : 019/69.83.05

Close Don't Show Again
You don't have permission to write in «upload» folder
Close